Tous les livres de Noureddine Aba

Biographie de Aba Noureddine

 

Biographie : Écrivain, poète, conteur, essayiste et dramaturge algérien, Noureddine Aba naît à Sétif en 1921. Après des études de droit à la faculté d’Alger, il se consacre au journalisme. Il assiste alors au procès de Nuremberg qui lui inspire le roman Le Dernier Jour d’un nazi (1982). Ses écrits sont ainsi marqués par la Seconde Guerre mondiale mais aussi par des préoccupations plus actuelles comme la question palestinienne qu’il aborde dans un recueil de poèmes intitulé Montjoie Palestine (1970) et dans les pièces L'Aube à Jérusalem (1978), Gazelle après minuit (1978) et C’était hier Sabra et Chattila (1983). Habitant en France, Noureddine Aba n’a jamais oublié son pays d’origine comme en témoignent ses ouvrages : La Toussaint des énigmes (1963), Le Chant perdu au pays retrouvé (1978), prix de l’Afrique méditerranéenne 1979, La Récréation des clowns (1980), L'Annonce faite à Marco (1983), mais également son engagement dans la lutte contre le fanatisme et la défense des journalistes et intellectuels algériens.
Sa notoriété dans les milieux littéraires lui vaut de devenir membre de l’Académie des sciences d’outre-mer, du Haut Conseil de la francophonie et de l’Académie universelle des cultures. En 1990, il crée la fondation qui porte son nom, destinée à récompenser les artistes et intellectuels algériens pour leur contribution à la promotion de la culture algérienne. Il meurt à Paris en 1996.

Il y a 1 titre.

Affichage 1-1 de 1 article(s)
L'arbre qui cachait la mer
  • Occasion

L'arbre qui cachait la mer

Noureddine Aba

Prix 10,19 €
| 7

Quelque part en Afrique, dans un pays nouvellement indépendant. Des universitaires qui viennent de rentrer au pays, diplômés d'Universités étrangères, sont peu à peu marginalisés par le système du parti unique qui gangrène le pays dirigé par des fantoches vaniteux, suffisants, qui vivent à des années lumières des réalités de leur peuple. De brimades en désillusions, ces universitaires échouent dans une décharge publique où ils vont vivre de la récupération des chiffons et de la ferraille. le travail répugnant qu'ils font, le sentiment d'une injuste exclusion de leur communauté les conduisent à la dépression chronique. Pour se délivrer de leurs angoisses, de leurs fantasmes, ils organisent des séances de psychothérapie. Au cours d'une de ces séances, ils s'instituent en cours de Justice, font le procès d'un haut dignitaire et à travers ce procès celui de la classe politique qui dirige le pays. Mais le jeu leur échappe et tourne au drame.