>

Gilles Laubert

L’abus


Alors tu vois, pour le zizi la vérité, là, il faut la dire. Après la tache. L’attouchement. Le plus affreux les torgnoles c’est pas ; c’est pas ces mains d’adulte sur tes cuisses ; c’est pas tes mains derrière ton dos quand il te dit que tu es puni, que tu baisses la tête, les yeux aussi, que tu sais pas ce qui t’arrive, que tu sais pas si c’est juste ou si c’est faux, que tu sais pas si aux autres petits garçons aussi on leur a déjà fait, là, ce truc, des claques, du zizi, de la punition, que si c’est normal, que c’est ça la vie, et que si c’est ça la vie, alors tu pleures quand même, que la morve elle te coule du nez, que tu la renifles, que là, cet adulte, il te dit de ne pas pleurer, qu’il te reprend dans ses bras, qu’il te la remonte ta chemisette, qu’il te le colle son gros truc sur le ventre, qu’il te caresse, te mouche, te mouille avec des petits baisers après qu’il t’ait bien battu, qu’il te dit : «attends, attends tu vas voir ! petit sale», qu’il te respire très fort dans l’oreille, qu’il recommence à te pincer, qu’il t’appelle «mon petit, mon petit».

Édition :
Reliure : Broché
Nb de pages : 48
Format (cm) : 200 X 125 X 5
Date de parution : 21 mars 2002
EAN : 9782846810104

Du même auteur



Retour en haut
Retour haut de page