> ·

Jean Cocteau

Le testament d’Orphée

«Le Testament d’Orphée (1960) est un film de poète,
c’est-à-dire qu’il est indispensable, bien que je ne sache
pas à quoi. Mais plutôt si : indispensable à notre cinéma
français qui ne manque pas en ce moment d’hommes
de talent, mais a cette sorte de défaut, ou de manque,
qui est justement la poésie. Ce qui ne passe pas de
mode, ce qui n’est pas lié à une mode, ni à un style, mais
à une pauvreté tournée en richesse, à une boiterie devenue
dense, en bref, un heureux dénuement. Le poète, avant
tout, doit réinventer la simplicité, le réalisme, et
Cocteau réinvente le documentaire, de même que
Franju, du côté de chez Fritz Lang, le plan fixe.
Tournage à l’envers, ralenti, apparitions et disparitions
au tour de manivelle, autant de renvois à la prise de
vue directe qui permet seule de tels tours et ne se laisse
jamais oublier. Ainsi naît l’art d’inventer des images
durables.»

Jacques Rivette

Édition :
Collection :
Reliure : Broché sous jaquette
Nb de pages : 141
Format (cm) : 20 X 13 X 1.2
Date de parution : 18 septembre 2003
EAN : 9782268047577
Retour en haut
Retour haut de page