Les Gros Calibres

Genres :
Thèmes :
Distribution :
Durée :

QUAND CARLOS BALDINI SORT DE PRISON… SA CHARMANTE ÉPOUSE PENSE QU’IL VA DEVENIR HONNÊTE. C’EST BIEN MAL CONNAÎTRE NOTRE MALFAISANT QUI COMPTE BIEN RÉCUPÉRER L’ARGENT DU CASSE DU CRÉDIT AVEYRONNAIS POUR PARTIR AU SOLEIL… SEULEMENT VOILÀ, RIEN NE VA SE PASSER COMME PRÉVU… TRAITRISES, ARNAQUES, ET CRIMES FOIREUX… LA RETRAITE DE NOTRE PAUVRE CARLOS RISQUE DE NE PAS ÊTRE DE TOUT REPOS.

 

 

 

 

LES GROS CALIBRES

 

 

comédiE

 

de

luc chaumar

 

CONTACT :

 

165 RUE MARCADET 75018 PARIS

TÉLÉPHONE : 01 43 55 40 82

06 62 59 40 82

 

 

 

DÉPÔT sacd 986174

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUAND LES « TONTONS FLINGUEURS » S’EMBROUILLENT AVEC La « cage aux folles » C’EST SÛR que ça va finir par un carnage.

 

A sa sortie de prison, Carlos baldini n'a qu'une envie : recommencer sa vie avec Natacha sa jolie visiteuse de prison. facile à dire mais pas si facile à faire quand des malfaisants veulent le faire chanter, que les flics veulent le faire tomber et qu'un décorateur très gaffeur se met à lui pourrir la vie. et puis carlos veut-il vraiment raccrocher ?

 

mensonges, quiproquos, trahisons et crimes foireux : pour carlos, la réinsertion risque d'être plus compliquée qu'il ne le croyait…

 

Il faut pas se prendre pour un soprano quand t'es un sopra… nul !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTE 1

---------

 

pavillon de banlieue. un salon avec une décoration entre le ringard et le Kitch. un tableau représente un homme style mafieux  avec  costume cintré arborant un sourire niais. un canapé et une table basse. Un petit guéridon côté cour.

 

une porte donne sur l'entrée, une vers la cuisine et une dernière sur une chambre et la cave. sue le devant une porte vitrée donne sur un jardin.

 

quand le rideau s’ouvre sur une musique musclée à la tarentino : Carlos baldini, (la quarantaine) Costume Kitch, et SANDRO CARVESE (la trentaine) en costume noir, pas très futé, se braquent mutuellement et font un cercle autour du canapé du salon. Ils sont « flingue contre flingue » et la tension est palpable. Lequel des 2 va tirer le premier ?

 

carlos (ferme)

Dernière sommation : pose ton flingue… enfoiré.

 

SANDRO

Pas question… rengaine le premier.

 

carlos

C’est ça, pour qu’après, tu me sulfates le potager…

 

SANDRO

Je ne suis pas venu pour sulfater… juste pour pour faire passer un message.

 

carlos

J’ai pas confiance…

 

SANDRO

Réfléchis. Si j’étais là pour te donner ta mère, ça serait déjà fait… Non ?

 

carlos (réfléchissant)

C’est pas faux. (il hésite) Bon, on va faire un deal : on baisse la garde tous les deux en même temps et après on cause. OK ?

 

SANDRO

Ok !!

 

Ils rengainent en même temps.. carlos va poser son arme dans le tiroir du guéridon.

 

 

carlos

Dis-donc, on ne t’a pas appris les bonnes manières à toi ? Tu sais que ça ne se fait pas de venir braquer à l’heure du petit déjeuner… C’est vrai quoi… un peu de respect pour ton parrain.

 

SANDRO

Mort de rire ! T’es plus un parrain "Baldini"… t’es un has been.

 

carlos

Désolé, mais niveau pedigree, à côté de toi, je suis encore un chien de race.

 

SANDRO

C'est fini tout ça… place aux jeunes.

 

carlos

Jeune, toi ? Et puis t’es qui pour venir m’enfumer le lendemain de ma sortie de taule ?

 

SANDRO (FIER)

SANDRO CARVESE… la famille Carvese, t’as jamais entendu parler ?

 

carlos

Ben non… Allez, fais péter le CV.

 

SANDRO

Je suis la relève ! Je vais reprendre en main ta PME.

 

carlos

Ma PME ?

 

sandro

Ben oui : PUTE ! MAGOUILLES ! EMBROUILLES !

 

carlos

Enfin ! T’as pas le droit de vouloir me faire ça ! C’est mes affaires que j'ai gagné tout à fait malhonnêtement.

 

SANDRO

C’est ça… va te plaindre au MEDEF ! T’es un tricard et je vais annexer tous les territoires…

 

carlos (étonné)

Attends : quand tu dis tous : Même ceux de DON CALZONE ?

 

SANDRO

Ah non, Don Calzone… c'est pas pareil, on ne peut pas y toucher. Dans le milieu, il est vintage.  Don Calzone, c’est un « collector »…

 

carlos

C’est vrai : 30 ans de non lieux… ça force l’admiration.

 

SANDRO

Don Calzone, c'est une pointure, un peu comme "Al Capone » « Lucky Luciano »…

 

carlos

… « Patrick Balkany »…

 

SANDRO

Alors respect ! Mon seul regret, tu vois, c’est que j'ai jamais pu faire un selfie avec lui.

 

carlos

Fais gaffe ! Le dernier paparazzi qui a voulu le photographier par surprise, on l'a retrouvé dans la seine, les deux pieds coulés dans le béton, à essayer de faire du ski nautique.

 

sandro

C'est un pudique…

 

carlos

Tu sais que lui et moi … On a débuté ensemble.

 

sandro

Comme gros bras ?

 

carlos

Comme petites mains : Racket… braquo… et dégâts des « os » ! Et avec nous, si tu commençais à pas marcher droit… tu finissais toujours par plus marcher du tout !

 

sandro

Vous avez dû en dépoter de la rotule en plastique.

 

carlos

M’en parle pas ! Et quand on se retrouve, aujourd’hui, tu sais ce qu'on se fait ?

 

 

SANDRO (admiratif)

… Une petite banque ?

 

carlos

Non, une petite pizza !

 

SANDRO

Alors que toi, c’est pas comme Don Calzone, tout le monde s'en fout de toi, on peut t'écraser comme un cloporte.

 

carlos

C'est pas très gentil ce que tu dis…

 

SANDRO

Je sais !! Surtout pour les cloportes.

 

carlos (avec empathie)

Allez Sandro, on ne pourrait pas arrêter un peu les mots qui blessent et la métaphore belliqueuse ! Je te propose : On stoppe l’intifada et on se partage les territoires occupés. J’ai pas encore l’âge des thés dansants, alors tu me laisses quelques années juste pour payer les points retraites.

 

SANDRO

Non, t’es un fini, oublié, enterré, alors j'en profite. Mais c’est pas tout : je veux aussi la mallette que t’as planquée après le Braquage du crédit Aveyronnais.

 

carlos (s'énervant)

Et voilà, encore la rumeur malveillante ! Mais il n’y a pas de mallette… Le crédit Aveyronnais, c’était pas moi. C’est le Commissaire BROUTARD qui m’a fait tomber.

 

sandro

Pourtant, tu t’es bien épanché en prison, comme quoi, tu avais fait le coup et que t'avais planqué l'oseille.

 

carlos

En taule, quand comme moi, tu es encore un mec "super gaulé" pour son âge (moue de Sandro) si… si, c'est sur que t'attires les convoitises sous la douche ! Alors faire croire que je pouvais partager l'argent du braquage, ça m'a permis d'éviter la savonnette mal placée.

 

SANDRO

(montrant son flingue dans le holster) Je veux la tune sinon ta retraite tu la prendras au "Père Lachaise".

 

on sonne. sandro ressort son flingue illico.

 

sandro

C'est quoi ça ?

 

natacha (off)

Mon amour, je reviens des courses et j’ai pas la clef… tu peux venir m’ouvrir s'il te plaît ?

 

carlos (affolé)

Oh bordel ! (fort et mielleux) J’arrive, un instant mon coeur… je suis au téléphone ma « poupinette ».

 

SANDRO

C'est qui la meuf derrière la porte ?

 

carlos

(à SANDRO) C’est pas une meuf… c'est ma meuf ! Natacha ! C'est ma femme Natacha !!!!

 

SANDRO

COOL ! Je vais vous travailler tous les deux à l'ancienne… je vous ferai le tarif couple.

 

carlos

Pas question ! Elle sait rien pour mes affaires, alors tu ne la touches pas. OK ?

 

SANDRO

Pas 0K ! Elle va y passer… tiens je vais la désosser façon viande bovine.

 

carlos

Tu ne ferais pas ça…quand même ?

sandro

Ben si ! En plus, j'ai un CAP de charcutier.

 

carlos

Attends ! Tu veux l’argent du crédit aveyronnais ?

 

SANDRO

C'est ça…

 

carlos

Alors t'as gagné ! Je vais payer…

 

SANDRO

C’est bien…

 

carlos

Mais pas tout de suite…

 

SANDRO

… Je la découpe.

 

carlos

Attends, je te dis !! Il me faut juste le temps d’aller récupérer la mallette avec les billets.

 

natacha (off)

Mais tu fais quoi mon cœur ?

 

carlos (fort)

Je finis une conversation au téléphone  !!! Juste une minute… j'arrive.

 

natacha (off)

Dépêche !! Je fatigue…

 

SANDRO

(hésitant) Ok, je te donne un quart d’heure et je reviens ramasser l'oseille. Et pas de coups foireux d’accord ?

 

carlos

Enfin… tu me fais confiance ?

 

SANDRO

Pas du tout. Et attention : grosse somme mais petite coupure… compris ?

 

carlos

Compris ! Bon, file par le jardin… il ne faut pas qu’elle te voit.

 

SANDRO (content)

Tu vois que c’était pas difficile de régulariser la situation. Allez, à tout de suite… « Papy ringard ». LOL !

 

SANDRO sort par le jardin.

 

 

 

 

 

 

carlos

« Papy ringard », non mais vous l'avez entendu !!! Je vais te la lui régulariser à coup batte de Base Ball la situation… moi. Ah, il va apprendre à savoir qui c’est le Carlos. Aujourd’hui, ça va être le « Happy Hour du génocide », « l’apéro de la saint Barthélémy ». Le tocsin va sonner chez les jeunots, on va entonner les Requiem. Planquez vos miches les Winner… Carlos  Baldini est de retour.

 

natacha (off)

Bon ça suffit, ouvre-moi ! Je vais finir par être en retard au lycée.

 

carlos (se reprenant)

Voilà… voilà… je viens ma « Poupinette »… je viens.

 

carlos va ouvrir. natacha entre. c'est une belle femme.

 

natacha

Ah quand même ! Ce n'est pas trop tôt !!! Tu parlais à qui mon amour ?

 

carlos (mielleux)

Je téléphonais au pôle emploi.

 

natacha

C'est bien ! Vas y demain dés "Potron minet".

 

carlos

Pas question, je suis allergique aux chats.

 

natacha (très instit)

Non, mon amour, "Potron minet" ça veut dire qu'il faut y aller demain matin très tôt.

 

carlos

Ah oui, bien sûr…  que je suis bête.

 

natacha

Mais non. C'est super qu’on soit enfin ensemble toi et moi ? Tu ne trouves pas ?

 

carlos

Oh oui ! T'avoir dans mes bras dans un vrai lit… c'est la cerise sur le gâteau.

 

 

 

natacha

Et quand c'est toi le gâteau, on rêve d'avoir une indigestion. (ils s’embrassent)  (Natacha regarde la déco) Bon, à partir de ce matin, ta vie repart à zéro.

 

CARLOS

Bien sûr !

 

natacha

Ta vie d’avant c'était ta vie d'avant, maintenant tout le monde doit savoir que tu as décidé de devenir un homme honnête.…

 

carlos (faux cul)

Oh que oui…

 

natacha

Et les flics doivent aussi comprendre que tu n’étais pour rien dans ce braquage et que l’argent c’est pas toi qui l’as planqué ?

 

carlos

Ben si (se reprenant) ben non ! Bien sûr que non ! Enfin  bon ! Le commissaire Broutard m’a déjà fait tomber une fois et ça peut recommencer. C'est pour ça que j'aurai préféré qu'on parte plutôt tous les deux au soleil …

 

natacha

Et avec quel argent ?

 

carlos (faux cul)

Et oui… c'est ça le problème. Mais tu vas voir je vais me refaire…

 

natacha

Pardon ?

 

carlos

…Une santé !  Je vais me refaire une santé et après à nous la nouvelle vie…

 

natacha

Bon, pour la déco de la maison, "un ami commun" m'envoie un spécialiste du relooking intérieur et tu verras, tu vas adorer.

 

carlos (pas convaincu)

J'en suis sûr.

 

natacha

Et j’ai aussi quelque chose pour toi. Tiens, Cadeau.

 

elle sort un paquet de son sac.

 

carlos

Oh merci. C'est quoi ?

 

natacha

Un livre.

 

Carlos (AFFOLÉ)

Un livre ? J’y touche pas, trop dangereux.

 

natacha

Si tu veux reprendre tes études, il faut que tu te cultives.

 

carlos

Mais de là à lire un livre, il ne faut pas déconner.

 

natacha

C’est pas de la dynamite.

 

carlos

C’est pire. J'ai eu un codétenu qui a commencé à lire un livre à la prison et après, il s’est tapé toute la bibliothèque.

 

natacha

Non ?

 

carlos

Si ! Il est devenu gonflant mais gonflant, il discutait sur tout, je ne pouvais plus bouffer tranquille. J’ai même dû sévir.

 

natacha

Tu l'as frappé ?

 

carlos

Non, j'ai mis des boules Quiés.

 

natacha

Ah ça ! Le livre c'est la cocaïne de l'intellectuel.

 

 

 

carlos

Et en sortant, il a très mal fini…

 

natacha

Il a récidivé ?

 

carlos

Non…  on l'a embauché sur Arte.

 

natacha

Il va falloir que je te reformate le disque dur toi sinon je la sens mal barrée ta réinsertion. Ce livre, c'est un essai sur le couple. Le dernier Cyrulnick…

 

carlos (RASSURÉ)

Cyrulnick ?? Ah d’accord ! C'est pas pareil ! Ah lui je l'adore Cyrulnick…

 

natacha

Tu vois…

 

carlos (admiratif)

Momo Cyrulnick surnommé "l'ouvre boîtes" !!! Il ouvrait les coffres forts comme personne ! Mais je croyais qu'il était mort refroidi par Dédé la chignole ?

 

natacha

Laisse tomber mon cœur. On va commencer par des cahiers de coloriage…

 

carlos (amoureux)

Dis, ma  « Poupinette » : toi qui est belle, douce, intelligente…  Pourquoi je t'ai plu ?

 

natacha

Parce que tu es réac, macho et pas rigolo !

 

carlos (modeste)

C’est vrai que j'ai beaucoup de qualités.

 

natacha

Mais je suis tombée amoureuse de toi à la première minute où je suis venue te rendre visite à la prison. C'est ça les phérormones !

 

 

carlos

Non, ça c'est l'effet Carlos.

 

natacha

Et puis… au fond… t'es un gros Nounours.

 

carlos

Mais bien sûr  ! (au public) Sauf que Winnie l'ourson, il n’a pas du tout envie qu'on lui pique son pot de miel… alors, il ne va pas hiberner longtemps.

 

natacha

Tu marmonnes quoi ?

 

carlos

Je pense juste à ce que je vais dire au pôle emploi…

 

natacha

Très bien. Tu sais de quoi tu aurais besoin ?

 

carlos

D'un bon P38…

 

natacha

Mais non… d’un bon coach.

 

carlos

Un coach ? Ça sert à quoi un coach ?

 

natacha

C’est quelqu’un qui t’aidera à résoudre tes problèmes. C'est un professionnel…

 

carlos

Ah mais t’as raison, j'ai besoin d'un professionnel… je vais appeler un ami qui en connaît un de… professionnel.

 

natacha

Il est bien ?

 

carlos

C’est un gros calibre. (se reprenant) Enfin, il est très compétent.

 

natacha

Il doit bien cerner ton problème pour le régler très plus vite.

 

 

 

carlos

Pour aller vite… ça va aller vite ! Et quand il se sera occupé de mon « problème »… je vais aller beaucoup mieux.

 

natacha

Bon, je file, j'ai des cours au lycée toute la journée… par contre ce soir, pour se détendre, je passerai acheter un DVD. Mais pour être avec toi… je ferai "diligence".

 

carlos

J'ai aussi horreur des Westerns. Prends plutôt "LES AFFRANCHIS" ou "LE PARRAIN". Ça me rappellera ma jeunesse.

 

natacha (soudain jalouse)

Carlos ? Je te laisse mais interdiction d'appeler ton EX ?

 

carlos (surpris)

Une ex ? Mais enfin quelle ex ?

 

natacha

La sœur de DON CALZONE !

 

carlos

RÉGINA ? Enfin, mon amour, il ne s'est jamais rien passé entre nous…

 

natacha

C'est pas ce qu'on m'a dit. Tu ne vas pas trop t'ennuyer sans moi ?

 

carlos

Je vais aller jardiner… j’aime bien creuser des trous. Ça sert toujours un trou… (on le sent soudain inquiet) Dis, dans ton milieu d'intellectuels… tu leur as dit quoi à mon sujet ?

 

natacha

La vérité, que tu sortais de « Centrale »… mais je n'ai pas précisée laquelle.

 

natacha sort. Il prend son portable.

 

 

 

 

 

 

 

 

carlos

Allô ? DON CALZONE ? C'est Carlos. Je suis sorti de prison. Non… pas vraiment du 5 étoiles. Bouffe moyenne, literie médiocre, pas du tout à conseiller au guide du routard. Tu sais qui j’ai rencontré en prison ? Mais non, pas ton cousin… l'amour ! Natacha, une prof de Français visiteuse de prison. Alors elle m'a visité, je l'ai visitée et on a fini par se signer un bail. Et j'ai aussi réussi à leur faire croire que je voulais devenir honnête…CARLOS BALDINI honnête !!!! Hé oui, c'est con un juge parfois… Bon, j'ai besoin d'un service. Il faut que tu m'envoies quelqu'un pour sulfater un malfaisant !! Pardon? Sulfater… c'est pas écologique ? Maintenant on dit « tri sélectif des ordures » ! Comme tu veux, alors tu m'envoies ton nettoyeur « Monsieur Propre »,. Je veux foutre ce petit foireux aux chiottes !!! Hein ??? Aux toilettes sèches… d'accord. Mais oui, je sais, c'est ton côté "Truand écolo", t'as toujours été le José Bové de la "Camora" ! Tu me l'envoies tout de suite ? Au fait, comment va « Régina» ? Toujours dans le trafic de Grappa ?

Maintenant elle fait dans le "Red bull".... Hé oui, les temps changent. Allez merci, j'attends ton Monsieur propre… dis-lui de faire fissa. (il raccroche)

 

carlos va derrière un petit meuble et  en sort une pelle.

 

carlos

Allez hop, au jardin ! On ne sait jamais… si ça tourne mal ! Le SANDRO, il finira sous les hortensias ! (au public) Elle commence pas bien cette journée… je ne sais pas pourquoi mais… je la sens pas.

 

carlos va dans le jardin. Un homme entre. C'EST GABRIEL, LE DÉCORATEUR. IL EST CLASSE et RAFFINÉ.

 

gabriel (au portable)

Mon Dieu que c'est vieillot ! Mais comment on peut habiter dans une vulgarité pareille ? (il prend son portable) Allô mon Pollux c'est ton castor… je viens d'arriver chez ton ami commun. Mais que c'est laid !!! Que c'est laid !!!! Tu montres ça à Stéphane Plazza et il se remet illico au Prozac. Allez, bisous mon Pollux.

 

il raccroche. Carlos revient du jardin.

 

carlos

Hé vous, vous faites quoi chez moi ?

 

gabriel

C'était ouvert alors je suis entré.

 

carlos

Je le vois bien. C'est ma femme, elle ne ferme jamais, sale manie.

 

gabriel

Je me présente : GABRIEL DONZAC… enchanté. Nous avons rendez-vous. (complice) C'est moi qui suis envoyé par notre "un ami commun".

 

carlos

Ah d'accord ! C'est bien, vous avez fait vite…

 

gabriel

J’étais pas loin. Et pourtant en ce moment, chez nous, c'est souvent le coup de feu !

 

carlos (rassuré)

Hé oui. Désolé pour l'accueil, je suis un peu à cran en ce moment.

 

gabriel

Faites du Shiatsu…

 

carlos

Je préférerai faire un bon "ménage"…

 

gabriel

C'est bien aussi le ménage, ça permet de bien tout évacuer.

 

carlos

C’est ça ! Je veux tout évacuer… en pièces bien détachées, façon MIDAS.

 

GABRIEL

BON ! Pour notre travail : Vous allez voir… je suis un vrai tueur !

 

CARLOS

J’y compte bien !

 

gabriel

J'imagine ! Je conceptise !  J'élabore. Et je suis toujours là quand il faut passer à l'action.

 

carlos

En gros, vous êtes un bon professionnel…

 

gabriel

Et J'ai jamais eu de réclamation. Tenez une fois, j'ai travaillé dans une usine désaffectée…

 

 

carlos

Oh c'est bien l'usine désaffectée… c'est calme.

 

gabriel

Et je peux vous dire qu'on a tout défoncé. On a même fini au chalumeau.

 

carlos

Ah le chalumeau, toute ma jeunesse ! Je l’ai...

Il vous reste 90% de ce texte à découvrir.


Connectez vous pour lire la fin de ce texte gratuitement.



Retour en haut
Retour haut de page