Pauvre Beck

Genres :
Distribution :

Synopsis

PAUVRE BECK suivi de “Cinq anneaux d’or” drame de Joanna LAURENS – traduit de l’anglais par Joël Jouanneau et Rita Sabah, 2h. – 2f. – Durée 0h00 – Dans “Pauvre Beck”, apparaît un monde souterrain, les tunnels sombres d’une communauté forcée à s’enfuir de la surface de la terre à la suite d’une explosion nucléaire. L’occasion pour Joanna Laurens d’évoquer le pouvoir oppressif de la mémoire et les espoirs d’une communauté d’un retour à un passé idéalisé. Ce cadre sans échappatoire accroît les tensions entre les personnages et déforme les liens familiaux ; en arrière-plan se joue aussi l’amour tragique d’une fille pour son père. L’échappée belle de Joanna Laurens réside avant tout dans son écriture si éloignée des règles conventionnelles. De sorte qu’on se trouve dans un monde où les contraintes du langage ordinaire n’existent plus ; un monde où les sons et les mots sont autant d’occasion d’exploration.

Type de contenu
  • Spectacles

Laisser une critique

Retour en haut
Retour haut de page