Un Culot Monstre

Genres :
Thèmes : · ·
Distribution :
Durée :

Cinq personnages au paroxysme de leur culot… Pêle-mêle dans ce chaudron bouillonnant… un imitateur vedette obligé de fuir à l’étranger de peur des représailles de certains politiciens qu’il a massacrés … une artiste peintre fantasque qui vit dans son parking pour se protéger des ondes électromagnétiques… un lunaire dépressif qui paye son logement en nature, c’est à dire en posant nu… un expert comptable diabolique qui s’est fait passer pour mort avant de ressusciter la bouche en fleur… et une jeune architecte délurée qui préfère démolir plutôt que construire…
Un couvercle sur tous ces ingrédients qu’on laisse mijoter… jusqu’à ce que tout finisse par exploser… de rires !
Du même auteur: Tout Bascule, Dévorez-moi, Presse Pipole, Pourquoi moi ?! La symphonie des faux-culs, La croisière s’éclate, Le bouffon du Président, Une chance insolente

Version  mai 2024

 

 

           PERSONNAGES par ordre d’entrée en scène

 

-VICTOIRE                           fille survoltée                         /  Sandra

-FRANÇOIS                         mari déjanté                          / Olivier

-ROMAIN                               amant déminéralisé             / Fabrice

-CORINNE                           épouse déminéralisée         / Julie

-LÉON                                   ovni insensé                          / Dany

 

 

DÉCOR

 

Toutes les toiles sont accrochées à l’envers.      À François Gaudeau, le vrai !

VICTOIRE en pyjama, ordi, maquette d’immeuble

Bon allez ma petite Victoire, le jour de ton examen, faut pas mollir (vers le public) j’imagine que le jury est là, devant moi… (ton exposé) Mes chers examinateurs, vous le savez aussi bien que moi, la phrase la plus prononcée dans tous les théâtres c'est "Veuillez éteindre vos portables «  Eh bien d'ici peu cette sommation anti-téléphone s’étendra à TOUS les lieux publics… Actuellement 500.000 français souffrent d’électro-sensibilité… dans cinq ans ils seront dix fois plus. Ces milliers de champs électromagnétiques que dégagent toutes ces tablettes, ordinateurs et autres… déclenchent chez les plus perméables d’entre nous des troubles terrifiants. À la création du monde, l’humanité fut condamnée à souffrir car cet abruti de Adam avait croqué dans une pomme… eh bien aujourd’hui mêmes supplices pour tous ceux qui croquent dans Apple. D’où mon projet : un immeuble ANTI-ALLERGÈNE… il n’est pas bio ? (Montrant sa maquette) À l’intérieur, ni portable, ni fumée, ni déodorant. Aucune électricité donc pas de sonnettes, que des clochettes... (sonnerie porte d’entrée) Qu’est-ce que je viens de dire ? Pas de sonnettes… c’est pas vrai, j'étais si bien partie (à la cantonade) Sur la porte, vous n’avez pas vu le post-it « Sonnette en panne » ?! (Nouvelle sonnette) Mais enfin à huit heures du mat qui peut se pointer ? (Scrutant l’œilleton) Reculez-vous voyons, vous bouchez le Judas

 

                        Elle ouvre, apparaît FRANÇOIS en PYJAMA et chaussons.

 

FRANÇOIS  impérial

Et me revoilà !!! Bonjour mon amour…

 

VICTOIRE abasourdie

PAPA ?! TOI ICI ?! Mais comment tu oses… ?!

 

FRANÇOIS

Alors ma Victoire ? Heureuse de retrouver son papounet ?

 

VICTOIRE folle de rage

Dehors !!!

 

FRANÇOIS

Donc on s’embrassera un peu plus tard (détaillant l’appart) Dis donc, super chouette cette nouvelle déco…

VICTOIRE

J’hallucine ! En SIX ANS, pas un mail, pas un coup de fil, RIEN… et tu te pointes comme une fleur en disant « Et me revoilà « ?! Casse toi Judas !

 

FRANÇOIS

Chérie, je l’ai déjà fait y‘a six ans ! Pas deux fois la même erreur.

 

VICTOIRE

Parce que tu appelles ça une "erreur" ?! Jusqu’à la semaine dernière je t’ai cru mort, tu m’entends ? MORT !

 

FRANÇOIS

Et tu aurais préféré ?

 

VICTOIRE ne sachant pas quoi répondre

 

FRANÇOIS

Ah… enfin un mot gentil (effet klaxon) Je vais tout t’expliquer mon trésor...

 

VICTOIRE

Ah non, y’a plus de trésor. Un trésor qu’on abandonne, il est irrécupérable. Mais t’arrives d’où en pyjama ? T’étais comme ça dans la rue ? !

 

FRANÇOIS

Je me suis enfui de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre.

 

VICTOIRE

Mais t’es un grand malade, on ne s’échappe pas d’un hôpital…

 

FRANÇOIS

Ah si ! Vaut mieux en sortir les pieds à la verticale qu'à l’horizontale. Mais tu t’inquiètes pour moi ?  Ça me touche beaucoup…

 

VICTOIRE

Comment faire autrement ? T’as fait la une de tous les médias (montrant un journal avec sa photo) « Crash-aérien : 357 morts - un seul miraculé »

 

FRANÇOIS dramatique

Ah non pitié, cache-moi ça… c’est trop horrible ! C’est trop horrible… une photo de moi aussi moche ! (affolé) Ah ça y’est !!! T’as redéclénché des images qui me reviennent… Attache ta ceinture. On tombe, on tombe ! Le masque à oxygène, là, il pend sous ton nez !!!

 

VICTOIRE

Mais arrête, on est aux Invalides…

 

FRANÇOIS

Oui oui, on finira tous invalides ! Où sont les toboggans ? Oh et puis cette fumée qui… (émergeant) Oh désolé, je te demande pardon …

 

VICTOIRE

C’est uniquement pour ça que tu me demandes pardon ?! T’es encore sous le choc, retourne à l’hôpital.

 

FRANÇOIS

Amour, quand l’avion s’est mis à plonger… en trois minutes j’ai revu défiler toute ma vie… comme un film…

 

VICTOIRE

Je te plains, ça devait être un sacré navet ! Avec toi comme seul rescapé !  Quand on dit qu'il n’y a de la chance que pour la canaille …

 

FRANÇOIS

Eh bien on a raison. À tous les coups, dans cet avion c’était moi le plus pourri.

 

VICTOIRE

Allez, fous le camp ! À midi je passe ma maîtrise d’architecture.

 

FRANÇOIS

T’as repris tes études ?!!! Mais qu’elle est brillante ma fille... Décidément mes racines, c’est ici.

 

VICTOIRE décrochant le téléphone fixe par derrière le canapé et tu reposes le journal Tu ne veux pas te casser ? Très bien, j’appelle les flics. Alors le 17

FRANÇOIS repris d’un affolement

Mais c’est qu’elle le ferait… Ah c’est atroce, les flammes envahissent la carlingue, sous la chaleur les implants mammaires de l’hôtesse de l’air se mettent à dégouliner … floc, floc… ça colle aux semelles…

 

VICTOIRE

Hé… là, t'en fais quand même beaucoup.

 

FRANÇOIS ton normal

Ah tu trouves ? Quand t’étais petite, t’adorais que je fasse le pitre…

 

VICTOIRE

Eh bien ça ne marche plus. Retente ta chance dans six ans.

 

FRANÇOIS

Mais qu’est-ce qui m‘a pris de vouloir vivre ma vie… plutôt que de subir celle des autres… ?! Et franchement, si c’était à refaire…

 

VICTOIRE

Tu le referais. (il va pour protester, elle le regarde…)

 

FRANÇOIS abdiquant, allant pour sortir

… tu as raison, je suis irrécupérable (mélo) Il ne me reste donc plus qu’à refermer derrière moi la porte du passé. Tu te souviens du poisson rouge que je t’avais offert ? Il louchait…  tu l’avais appelé « Dalida »

 

VICTOIRE éclatant de rire et se jetant dans ses bras

Papa !!!

 

FRANÇOIS l’enserrant dans ses bras

Dis donc, t’as été longue à la détente… Ma Victoire !!!

 

VICTOIRE grimace face à une mauvaise odeur

Oh c’est quoi ton parfum pourri ?!!

 

FRANÇOIS

« Nosocomial n°5 » de chez Hôpital.

 

VICTOIRE

Toi alors ! Mais t’étais passé où pendant ces six ans, espèce de vieux salopard ?

 

FRANÇOIS

File moi d’abord cent euros.

 

VICTOIRE

Tu monnayes ta réponse ?!

 

FRANÇOIS

Mais non, pour le taxi en bas ! Comme pour t’amadouer ç’a été plus long que prévu… ça risque de douiller.

 

VICTOIRE

Alors ça c’est le comble. Mais paye le toi-même ton tacot.

 

FRANÇOIS

Avec quel argent ? Je n’ai plus une tune. J’allais faire les poches des infirmières ? Avec ce qu’elles gagnent ?! Chérie, dans ce maudit avion tout a cramé … papiers, cartes de crédit… Quand on m’a récupéré, j’étais aussi nu qu’à ma naissance.

 

VICTOIRE

Ce jour là, quelle erreur d’avoir coupé ton cordon ombilical !  Toute ta vie, on aurait dû te garder en laisse !  (coup de klaxon)

 

FRANÇOIS

Le taxi !!! Son compteur continue à tourner…

 

VICTOIRE fouillant dans son sac à mains, rageuse

Non mais j’te jure… quelle sangsue… les trois premières années, il nous a laissé crever la dalle… pour maman chaque fin de mois c’était l’apocalypse

 

FRANÇOIS désignant le salon

Là je ne sais pas ce qui s’est passé mais ça frise l’opulence ! Elle est où ma petite femme, dans notre chambre ? (à la cantonade) Hou hou Corinne ? Coco !!!  Elle dort toujours avec des boules ?

VICTOIRE

Les boules c’est moi qui les aie…

 

FRANÇOIS

Ho, n’exagère pas. Ok, pendant six ans je me suis fait légèrement discret...

 

VICTOIRE suffoquant 

Légèrement ?! Mais une telle mauvaise foi… faut l’exposer au musée de l’Homme (à sa carte de crédit) Ah te voilà, pauvre sacrifiée…

 

FRANÇOIS prenant la carte

Merci ma princesse. Le code ?

 

VICTOIRE hésitant

Hein ?

 

FRANÇOIS

Un… ok… les trois autres chiffres ?

 

VICTOIRE reprenant vivement sa carte

Ah non, pas le code.

 

FRANÇOIS

Tu n’as pas confiance en ton père ?!

 

VICTOIRE

Oh non il a osé ! Trop fort !  (elle se dirige vers l’entrée de l’appart)

 

FRANÇOIS  

Tu ne vas pas sortir comme ça dans la rue… ?!

 

VICTOIRE

Ben toi, t’en arrives bien. Dans la famille Barjo, après le père, la fille. Tu sais quoi ? Tout à l’heure à mon exam’, je te citerai comme première cause d’allergie !!!  (elle claque la porte derrière elle)

 

 

 

FRANÇOIS  

Et voilà, retour à la case départ. Tout ça pour ça, c’était bien la peine… (voyant les toiles retournées) Manifestement Corinne peint toujours … mais elle a fait des progrès, elle a enfin compris que ses toiles, valait mieux les accrocher à l’envers (Sonnerie téléphone fixe, regardant l'écran) Un numéro avec quatre zéros ? Aïe, c’est l’hôpîtal (d’une voix féminine) Allô ?... Madame Gaudo ? Oui c'est moi madame... Vous êtes ?... Le Kremlin Bicêtre ? Vous m’appelez de Moscou ?! ... Ah l’hôpital du Kremlin Bicêtre !...  François Gaudo, bien sûr que je le connais, c'est mon mari.  (Tragique) Oh non, ne me dites pas qu’il est – j’avais un pressentiment – j’enfile une robe noire et j'arrive ! … Quoi ? Il est vivant ?!... Et vous m’annoncez ça, comme ça, sans ménagement ?!... Évidemment que je vous le renvoie s’il se pointe… avec un grand coup dans sa gueule… madame, quand on vous amène un beau salaud, faites votre boulot, achevez-le ! (il raccroche) Voilà. Après ça, elle ne devrait plus rappeler. Oh puis par sécurité, je retire la prise… (retire la prise)

 

                             Arrive fond cour Romain, en pyjama, chaussons.

 

ROMAIN sous calmant, au ralenti

C’est quoi tout ce raffut ?

 

FRANÇOIS sursautant

Ah !!! Mais d’où il sort celui-là ?

 

ROMAIN stupéfait en reconnaissant François

Ça alors, si je m’attendais…

 

FRANÇOIS

Qu’est-ce que vous faites ici en pyjama ?!

 

ROMAIN

La même chose que toi ! T’as dormi ici ?

 

FRANÇOIS

Et en plus il me tutoie ?! Vous savez qui je suis ?

 

ROMAIN

Ben oui, le miraculé ! La chance c’est contagieux, on se fait un bisou ?

FRANÇOIS

Non mais ça va, oui ?! Alors comme ça vous dormez chez moi ?!

 

ROMAIN

Oui, mais alors pas bien. Vraiment pas bien. Matelas beaucoup trop mous… Oreillers beaucoup…

 

FRANÇOIS

Trop durs, oui merci je connais…

 

ROMAIN

Quelle chance que tu sois revenu… tu vas pouvoir faire changer cette literie tellement trop molle !

 

FRANÇOIS

Non mais c’est surréaliste, vous réalisez ce que… ?!

 

ROMAIN

Chaque nuit c’est si mou que je me dis « Tu t’enfonces, tu t’enfonces » Toi, t’as réussi à t’en sortir.  Respect. C'est quoi tes projets mon François ?

 

FRANÇOIS

« Mon » François ? Mais je ne suis pas « votre » François…

 

ROMAIN

Zen stp !  No stress ! c’est quoi tes projets « SON » François ? T’installer chez nous ?

 

FRANÇOIS

Comment ça chez nous ??!!

 

ROMAIN allant vers une machine Nespresso

Son François un café ? Je lui fais péter sa petite capsule ?

 

FRANÇOIS

Monsieur ce sont mes nerfs que vous faites péter ! Mais enfin qui êtes-vous ?

 

ROMAIN

Zen s-t-p.  Moi c’est Romain. Mais comme je suis à la rue, tout le monde m‘appelle ROM… (chantonnant) Donne du Rom à ton Homme !

 

VICTOIRE réapparaissant, folle de rage

Ton taxi, devine combien ?! Rom t’es déjà debout ? C’est pas raisonnable (à François) Le Kremlin Bicêtre-les Invalides, 297 euros, c’est raisonnable ?

 

FRANÇOIS

J’ai fait un léger détour…

 

VICTOIRE remontée

Très léger, oui. Il est passé par où le miraculé ? Par Lourdes ?

 

ROMAIN à Victoire, voulant la calmer

Zen s-t-p… no stress…

 

VICTOIRE à bout de nerfs

Je sais Rom, tu me le répètes dix fois par jour…

 

FRANÇOIS

Parce qu’il squatte ici depuis longtemps ?

 

VICTOIRE

Trois ans.

 

FRANÇOIS

Pardon ?!

 

VICTOIRE

Oui, trois ans. Et toujours dans le même pyjama !!! Il ne t’a rien dit ?

 

FRANÇOIS

Si… que nos matelas sont trop mous. Alors sachez monsieur que c’est sur l’un de ces matelas que ma Victoire a été conçue. Et là, il ne s’agissait pas d’être mou

 

 

VICTOIRE

Papa tu délires, mais quel rapport avec… ?

 

FRANÇOIS

Tu permets, il couche sur ta mère et moi… enfin sur l’empreinte de notre toute dernière étreinte. Ces matelas monsieur, ils font partie de la famille, ils ont supporté six générations…

 

ROMAIN

Alors vos acariens, c’est que des cartes vermeilles ?!

 

FRANÇOIS

Raison de plus, on se doit de respecter nos anciens…

 

VICTOIRE

Non mais c’est fini ce délire, on en revient à ce qui t’amène ?!

 

FRANÇOIS s’acharnant sur Romain

Sans parler de sa mère, une sainte, qui a dû subir des traitements acariens- draconiens… pour réussir à tomber enceinte. Et le jour béni où ma fille a poussé son premier cri… ce fut un vrai cri de « Victoire » !

 

VICTOIRE

Et si j’avais été un garçon ? « Désiré » ?!

 

FRANÇOIS

Plus subtil… Godefroy

 

VICTOIRE horrifiée

GODEFROY ?! Je l’ai échappé belle ! Mais pourquoi cette horreur ?

 

FRANÇOIS

La naturopathe de ta mère lui imposait tous les soirs… deux bouillons.

 

ROMAIN

Quel rapport ?

 

 

FRANÇOIS

Un bouillon, deux bouillons… Godefroy de Bouillon. On vous avait caché que l’école était obligatoire ?

 

VICTOIRE

Papa, stop !!! Et maintenant tu me dis enfin où t’étais passé pendant six ans

 

FRANÇOIS

Je préfère attendre que ta mère se réveille, ça m’évitera de rabâcher…

 

ROMAIN pris subitement d’une idée

J’ai pigé ! Votre fille serait née un jour de pizza, vous l’auriez prénommée Margarita !!!

 

FRANÇOIS avec rage, prenant Romain au collet

Bon alors lui il va dégager avec son pyjama millésimé...

 

VICTOIRE au bord de la crise de nerf

Arrêtez !!! Vous voulez que je me plante à mon exam c’est ça ?

 

ROMAIN

Zen s-t-p ! Un petit café ? Je te perfore la capsule ?

 

VICTOIRE

Et arrête de me gonfler avec tes capsules !!!

 

FRANÇOIS  

« Je te perfore la capsule » !  Mais d’où il sort ce… prototype ?

 

VICTOIRE

Rom est traiteur à domicile…

 

FRANÇOIS

Dis plutôt « sans » domicile…

 

VICTOIRE

Parce qu’il a fait faillite… et pourtant c'est un super chef.

 

FRANÇOIS

Je l’ai vu tout de suite. Plat du jour : pomme de terre en robe de chambre.

 

VICTOIRE

Lâche-le un peu, tu veux… tu n’as pas compris qu’il est en arrêt maladie ?

BURN OUT

 

ROMAIN

Burn out. Je n’ai plus goût à rien.

 

FRANÇOIS

Même pour ma fille ? Qui ne cesse...

Il vous reste 90% de ce texte à découvrir.


Connectez vous pour lire la fin de ce texte gratuitement.



Donner votre avis !

Retour en haut
Retour haut de page