> ·

La fin du voyage


Nous sommes en mars 1918, pendant la Première Guerre mondiale, dans une tranchée anglaise, non loin de Saint-Quentin. Stanhope, chef d’une compagnie d’infanterie, est unanimement reconnu comme un meneur d’hommes hors pair, mais les trois années qu’il a déjà passées au front l’ont profondément marqué. Alors que tous attendent une attaque allemande imminente, l’horreur et la futilité de la guerre se révèlent dans toute leur ampleur. Sans pathos, mais avec une grande sobriété de moyens, R. C. Sherriff nous livre ici son expérience du front, celle d’une poignée d’hommes qui n’aiment pas ce qu’ils font, mais qui ne songent pas non plus à se dérober aux responsabilités qu’ils assument. R. C. Sherriff (1896-1975) s’était engagé dans l’armée peu après le début de la Première Guerre mondiale et a servi en France comme capitaine. Après la guerre, son intérêt pour le théâtre amateur l’a conduit à écrire cette pièce basée sur ses souvenirs. Après avoir été refusée par de nombreux théâtres, Journey’s End a finalement été jouée, grâce au patronage de Bernard Shaw, par une troupe semi-amateur, avec un acteur inconnu de 21 ans dans le rôle de Stanhope : Laurence Olivier. La pièce a obtenu un énorme succès, été jouée dans le monde entier, et gagné le rang de classique dans le monde anglo-saxon. Elle figure aujourd’hui dans toutes les classements des meilleures pièces, que ce soit l’anthologie de Burn Mantle, ou les listes publiées par le National Theater, Entertainment Weekly ou WOS. Jouée très régulièrement et avec grand succès sur les scènes anglo-saxonnes, Journey’s End a gagné en 2007 à la fois le Tony Award et le Drama Desk Award de la meilleure reprise.

Nb de pages : 148
Format (cm) : 195 X 135 X 11
Date de parution : 11 décembre 2023
Retour en haut
Retour haut de page