>

Enzo Cormann

Sang et eau

Deux femmes et deux hommes se retrouvent à l’occasion de l’anniversaire de la mort d’un de leurs proches : épouse, amante, frère, ami, les rôles paraissent établis. Le défunt était jeune – trop jeune, comme on dit, pour mourir.

Rien au premier abord, donc, que de très ordinaire, n’était l’endroit : un terrain vague où ont été dispersées les cendres du disparu. De cette circonstance singulière procède le dérèglement de la petite machine à mémoire constituée des quatre protagonistes : chacun semble soudain rendu à son étrangeté, comme l’écho distordu de son propre personnage. Qui parle en nous, au nom de quelle image ? De quelle injonction à croire procèdent nos professions de foi ? Qui donc anime nos rêves et les maintient sous l’eau ? Qu’est-ce qui nous travaille ?

Au fil des projections, un réel se compose peu à peu, rhyzomique, tissé de lambeaux d’inconscient, de défroques, de dérives, de mauvais rêves, de mots éperdument jetés, de ces multiples visages de l’Autre, enfin, trop désespérément autres pour qu’on les fasse siens, trop quotidiennement proches pour nous convier à leur conquête.

Cinq âmes entrelacées qui fouillent la nuit des mots en quête d’un refuge.

Tranche de vie en enfer – car elles brûlent, les figures du théâtre, sous les yeux des vivants. J’appelle pour ma part le feu « Pablo ». A chacun ses histoires.

Édition :
Reliure : Broché
Nb de pages : 78
Format (cm) : 18 X 12 X 0.5
Date de parution : 1 janvier 1986
EAN : 9782707311023
Retour en haut
Retour haut de page